25 novembre 2010

Concert Loudblast / Black Bomb A / Ultra Vomit - Trabendo, Paris - 25 novembre 2010

Cocorico ! Concert metal de frenchies ! C’est pas souvent et quand ça arrive on s’en souvient.
En ce 25 novembre 2010, au Trabendo, on se gèle les miches devant la salle en attendant l’ouverture d’un concert metal 100 % groupes français : Loudblast, Black Bomb A, Ultra Vomit.

Loudblast : concert french metal qui booste et blast

La formation la plus « vieille » (1995) commence le gig : Loudblast met le feu à la salle. Pionniers du death metal français, on se laisse porter par certains riffs de guitare, variations de voix du chanteur et une batterie bien punchy. Un peu de mal à suivre les rythmes : beaucoup de breaks et reprises, multipliés au fil de la setlist. Ce groupe porte bien son nom, du blast à tous les morceaux, du remous, et du coup beaucoup de mal à suivre au début. J’ai même cru à un moment que c’était du black metal... Non, Loudblast est du vrai death French Metal de derrière les fagots : trop de headbang dès la fin de la première partie !

Black Bomb A : bombe metal efficace, très efficace en concert

L’atmosphère devient subitement plus chaude quand le groupe de metalcore français, Black Bomb A, arrive sur scène. Déçue de leur dernière apparition (trop de groupies tue les groupies, n’est-ce pas ?) en concert, j’appréhende largement leur prestation. Peu s’en faut ! Ils ont déchaîné le public en entamant des morceaux que j’adore ! Petit extrait de setlist :

Human Bomb
  • « You can't save me »
  • « Police stopped da way » (un braveheart dans la fosse du Trabendo !)
  • « My Mind is a pussy » (les métalleux français sont pervers, ils l’ont avoué bien fort !)
Speech of freedom
  • « Look At The Pain »
  • « Mary » (bien connue, on a eu le droit aux choeurs émouvants du public. Frissons garantis)
From Chaos
  • « Emergency »
Il fait chaud, très chaud mais l’ambiance est bon enfant. Les pogos, wall of death et slams se suivent. Poun, le chanteur aigu, se jette par deux fois dans la fosse et va au plus proche du public en grimpant au balcon droit du Trabendo pour faire une petite danse spécial groupies (mais bon, ça va, elles m’ont moins pesé sur le système que la dernière venue de Black Bomb A au Trabendo).

Utra Vomit : concert metal parodique à écouter entre amis

La tension est à son maximum, on repère partout les fanatiques venus au Trabendo exprès pour un concert d’Ultra Vomit, du metal parodique assez tordant.

Notre erreur ? S’être mis devant la scène. Une seconde après la première note, j’ai passé les pires minutes de ma vie : de partout, des gens qui poussent, des gens qui cognent, des gens qui s’appuient sur vous. Compressés, maltraités, cognés, on traverse complètement la salle sans le vouloir pour revenir au point de départ. En clair, le groupe le moins violent sur scène a eu sa vengeance dans la fosse : this was Sparta.

Mon avis ? Je pense que les gens présents à ce concert dans la fosse n’avaient pas forcément l’habitude des concerts metalleux et ignoraient totalement les règles sous-jacentes à ce genre de rassemblement metal. Leur ignorance a fait des dégâts. Je me demande si je n’aurais pas dû aller dans les gradins à côté de ces gens qui ne bougent pas un cil.

En bref, un public réellement décevant, qui m’a fait regretter d’être resté jusqu’au bout du concert. Oui je les ai vu en vrai, oui j’ai un autographe de Flockos, second guitariste (qui connait Cha !). Mais non je ne retournerai jamais les voir en concert.

Extrait de la setlist :

M. Patate
  • « Une Souris Verte »
  • « Like To Vomit »
Objectif : Thunes
  • « Quand j'étais petit » (feat. Lemmy)
  • « Boulangerie Patisserie »
  • « Pauv' Connard » (intro bien marrante où Fetus engueule l’ingé son)
  • « Mechanical Chiwawa »
  • « Je ne t'ai Jamait Autans Aimer »
  • « Je Collectionne Des Canards (vivants) »
  • « Mountains Of Maths »
  • « Je possède un cousin »
Reprises
  • Gojira qui reprend du Calogero / « Face à la mer »
  • Voix de merde qui chante Lady Gaga / « Poker Face »
En plus : petite impro d’orchestration sur le public : des mots bien grossiers à reprendre en coeur, dans le bon ordre et rythme. Très marrant.